La corde raide de Claude Simon

« La corde raide » parait aux éditions du Sagittaire en 1947. Après « Le tricheur » (1945) c’est le second livre de Claude Simon (1913 – 2005), prix Nobel de littérature en 1985.

 I) – La reliure de la corde raide

Plein cuir d’autruche noir, la peau a été amincie à la machine puis mise en presse après humidification ce qui a eu pour effet d’écraser les picots, en haut à droite.

Dos lisse, reliure janséniste.

La corde raide de Claude Simon, plats ouverts La corde raide de Claude Simon, dos lisse

Tête « or » obtenue en frottant, avec le doigt, la tête rognée avec une pâte d’or :

La corde raide de Claude Simon, tête or

Tranchefile en cuir d’autruche. On voit bien la difficulté d’utiliser de la peau d’autruche sur cette tranchefile et sur les champs des plats. En effet, au rempliage, les picots s’ouvrent et donc il faut les recoller et les écraser au plioir.

La corde raide de Claude Simon, une de couverture

Gardes en papier cuve vénitien de chez « Alberto Valese-Ebrû »

La corde raide de Claude Simon, gardes

 II) – La corde raide : la genèse

Au fond, « La corde raide » c’est « l’inépuisable chaos du monde » titre de l’exposition de 2013 à la BNF autour de l’oeuvre de Claude Simon.

Entre autres Claude Simon a vu la guerre d’Espagne (1936), voyagé dans toute l’Europe (1937), vécu la mobilisation (1939), la débâcle (1940), le camp de prisonniers, la fuite, la Résistance….Mais c’est après le suicide de sa femme Renée qu’il commence « La corde raide« .

La corde raide de Claude Simon, photo de l'auteur en cavalier La corde raide de Claude Simon, photo de l'auteur prisonnier

C’est pourquoi on éprouve, dans ce texte écrit à la première personne, la déréliction de Claude Simon marquée dans ses réflexions sur la mort, la guerre, la liberté, la violence, la création…

En outre on reconnait les figures tutélaires de l’écrivain :

  • Dostoïevski en exergue.
  • Proust avec un incipit calqué sur celui  de « La recherche du temps perdu ».
  • Cézanne partout qui l’inspire et lui donne « l’envie d’écrire comme un peintre a avant tout l’envie de peindre ».

Par ailleurs on note que ce récit s’ouvre et se ferme sur une fenêtre et un acacia.

 III) – L’exemplaire

Définitivement en 1957, Claude Simon rejoint les éditions de Minuit qui ont racheté en 1951 les éditions du Sagittaire. Jérome Lindon reprend dans le stock les invendus des 2 premiers romans de l’écrivain et remplace les couvertures.

C’est parce que Claude Simon a toujours refusé la réédition de ses 4 premiers livres que j’ai acheté cet exemplaire en 2003.

Voilà cette chimère :

d’abord un texte imprimé par les éditions du Sagittaire qui compte 3×2 feuilles non imprimées soit 6 pages de texte manquant. Avis aux lecteurs bibliophiles de Claude Simon : Est-ce le cas de tous les exemplaires de « la corde raide » et pourquoi?

la corde raide de Claude Simon, pages non-impimées

Puis une première de couverture emblématique des éditions de Minuit :

La corde raide de Claude Simon, une de couverture

et enfin une quatrième de couverture intéressante qui réunit les critiques élogieuses du précédent livre de l’écrivain  « Le tricheur » avec un « état des lieux » des auteurs ferrés par Jérôme Lindon et un hapax de Claude Simon « babel ».

La corde raide de Claude Simon, quatre de couverture

P.S. Claude Simon a toujours entretenu des relations épistolaires bienveillantes et cordiales avec ses lecteurs. C’est pourquoi je lui ai fait part de mon étonnement au sujet de ces pages vierges. C’est Réa Simon sa femme qui a travaillé avec lui depuis les années 60 qui m’a répondu. Elle m’a envoyé la photocopie des pages 166 et 167. Son nom est associé à celui de son mari pour le prix « Claude et Réa Simon » qui a été décerné cette année à Megan Whightman.

Claude et Réa simon avec Mireille Calle Gruber

De gauche à droite : Réa Simon, Mireille Calle-Gruber et Claude Simon.

 

 IV) –  Le livre

Édition originale de ce livre, en fait unique édition.

Achevé d’imprimer le 8 avril 1947 pour les éditions du Sagittaire.

La corde raide de Claude Simon, achevé d'imprimer

Les paragraphes II) et III) ont été rédigés et vécus par CP.

« La corde raide » de Claude Simon a été relié en octobre 2003.

Pour faire voyager mes reliures

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *