Anatole Lebraz : La légende de la mort chez les Bretons Armoricains

Anatole Lebraz : La légende de la mort chez les Bretons Armoricains.

D’abord, dans cet article je parlerai de la reliure.

Ensuite, j’évoquerai le livre.

Puis, 2 photos de l’auteur.

Enfin, j’expliquerai l’origine du motif de la une de reliure.

 I) – Anatole Lebraz : La légende de la mort chez les Bretons Armoricains, la reliure

tome1 2 tomes

Deux volumes de ce livre culte en Bretagne. Plein-cuir beige, dos passé, mosaïque simple, non cernée, représentant l’Ankou, personnage traditionnel en Bretagne qui vient avec sa faux et sa charrette chercher les morts.

gardes

Gardes en papier marbré fait main de chez Relma.

Anatole Lebraz : La légende de la mort chez les Bretons Armoricains Anatole Lebraz : La légende de la mort chez les Bretons Armoricains

Tranchefile chapiteau bicolore noir/blanc

J’ai réalisé cette reliure à mes débuts il y a 33 ans, cela se sent, quoique la tranchefile est plutôt mieux faite que ce que je fais maintenant.

Ces 2 livres sont sous étui.

anatole lebraz Boites

 II) – Anatole Lebraz, le livre

Anatole Lebraz : La légende de la mort chez les Bretons Armoricains Anatole Lebraz : La légende de la mort chez les Bretons Armoricains

 » La légende de la mort chez les Bretons Armoricains » d’Anatole Lebraz a été publié chez Laffite Reprints à Marseille en 1974.

Le tirage a été limité à 500 exemplaires :500 exemplaires.

Il s’agit d’un fac-similé de la cinquième édition de l’ouvrage publié en 1928.

Anatole Lebraz : La légende de la mort chez les Bretons Armoricains4

 III) – L’auteur

L’auteur en 1915 puis en 1924 :

Anatole Lebraz 1915

Tout savoir sur l’auteur cliquez ici.

 IV) – L’Ankou

L’Ankou (en Breton : an Ankoù )

Il ne représente pas la mort en elle-même, mais son serviteur : son rôle est de collecter dans sa charrette grinçante (karr / karrik an Ankoù, char de l’Ankou ou karrigell, brouette) les âmes des défunts récents. Remplissant ainsi un rôle de « passeur d’âmes », l’Ankou est à considérer comme une entité psychopompe. Lorsqu’un vivant entend le bruit de la charrette (wig ha wag !), c’est qu’il (ou selon une autre version, quelqu’un de son entourage) ne va pas tarder à passer de vie à trépas. On dit aussi que celui qui aperçoit l’Ankoù meurt dans l’année.

Tout savoir sur l’Ankou dans Wikipédia.

Deux volumes de ce livre culte chez les bretons. Plein-cuir beige, dos passé, mosaique simple, non cernée, représentant l'Ankou, personnage traditionnel en Bretagne qui vient avec sa faux et sa charettes chercher les morts.

J’ai utilisé la statue de l’Ankou de l’église de Ploumillau (22) comme modèle :

ankou, Ploumillau.Brrrrr….

Enregistrer

7 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.