Éloge du crime de Karl Marx

Karl Marx a écrit cette courte note vers 1861, soit une dizaine d’années avant la naissance du père de la Pataphysique : Alfred Jarry. Elle a été intégrée dans « Les théories de la plus-value », tome IV du « Capital ».

En voici le texte complet :

Demicuir-rouge avec 2 larges bandes vertes et rouges, multiples faucilles et marteaux sur les plats, verte sur fond rouge et rouge sur fond vert. Demicuir-rouge avec 2 larges bandes vertes et rouges, multiples faucilles et marteaux sur les plats, verte sur fond rouge et rouge sur fond vert.

Demicuir-rouge avec 2 larges bandes vertes et rouges, multiples faucilles et marteaux sur les plats, verte sur fond rouge et rouge sur fond vert. Demicuir-rouge avec 2 larges bandes vertes et rouges, multiples faucilles et marteaux sur les plats, verte sur fond rouge et rouge sur fond vert.Demicuir-rouge avec 2 larges bandes vertes et rouges, multiples faucilles et marteaux sur les plats, verte sur fond rouge et rouge sur fond vert. Demicuir-rouge avec 2 larges bandes vertes et rouges, multiples faucilles et marteaux sur les plats, verte sur fond rouge et rouge sur fond vert.

Le fer de la faucille et du marteau m’a été prêté gracieusement par Pascal Alivon des établissements Alivon. Je l’ai également utilisé pour le Staline de Barbusse.

Mini-livre,14 x 11cm, de 10 pages.Demicuir-rouge avec 2 larges bandes vertes et rouges, multiples faucilles et marteaux sur les plats, verte sur fond rouge et rouge sur fond vert.

Demicuir-rouge avec 2 larges bandes vertes et rouges, multiples faucilles et marteaux sur les plats, verte sur fond rouge et rouge sur fond vert. Demicuir-rouge avec 2 larges bandes vertes et rouges, multiples faucilles et marteaux sur les plats, verte sur fond rouge et rouge sur fond vert.

Reliure demi-cuir rouge avec 2 larges bandes vertes et rouges, multiples faucilles et marteaux sur les plats, verte sur fond rouge et rouge sur fond vert.

Un des mille exemplaires, sur papier fabriqué main, pur chiffon de Fabriano, seul papier.

Ce texte a été traduit et mis en pages par D. Jon Grossman en l’hiver 1976, pour son plaisir, celui de ses amis et des amis de la librairie Tschann à Montparnasse.

Enregistrer

Pour faire voyager mes reliures

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *