Femmes et/ou La chevelure de Bérénice de Claude Simon. (I)

Femmes : texte de Claude Simon (1913-2005), prix Nobel de Littérature en 1985, inspiré des peintures de Joan Miro (1893-1983).

 I – Femmes : le livre

Claude Simon fut peintre avant d’être écrivain.

En 1933, il s’inscrit à l’académie d’André Lhote (voir l’article), plus tard examinant ses peintures avec sévérité, il organisa leur autodafé.

« J’écris mes livres comme on ferait un tableau et tout tableau est d’abord une composition »

C.Simon. Le Monde 1967.

C’est l’exercice contraire que lui propose Aimé Maeght en 1965 : écrire un texte sur Femmes, un album de reproductions de 23 peintures de Miro.

C’est en 1965 que Femme parait aux Éditions Maeght, accompagné de 69 strophes de C.Simon.

C.Simon ne commente pas les tableaux de Miro mais nous entraîne dans son univers, par une sorte de rêverie réaliste.

Tout se passe comme s’il traduisait le vocabulaire usuel de Miro dans son langage « simonien », sensible et sensuel.

Femmes, tableau de Miro

Femme et oiseau, avril 1960

Femmes tableau de Miro

Femme II, février 1960

Femmes, tableau de Miro

Femme assise, novembre 1960

Femmes, tableau de Miro

Femme et oiseau, avril 1960

Édition originale, bien sûr, publiée aux Éditions Maeght en novembre 1965 à Paris.

 II – Femmes  : l’ouvrage

In-plano, 56cmx45cm, en feuilles de vélin des papeteries F. Bepin à Moirans, Isère, 20 pp., 23 reproductions en couleurs de toiles de Miro et 3 bois originaux en noir et rouge :

Le frontispice

Le titre

titre

L’achevé à imprimer

Les trois bois réunis

Femmes : Frontispice, page de titre et l'achevé d'imprimer.

Exemplaire dédicacé par C. Simon à : Edmond et Suzanne Bomsel, amis de C. Simon.

 III – Femmes : la reliure

Les feuilles sont sous couverture rempliée de papier jaune pale chiné, inséré dans un portefeuille à rabats de même papier, cordons de tissu rouge de fermeture, grand titre peint par Miro « Femmes » lithographié en rouge et noir (reliure de l’éditeur).

Portefeuille rigide Portefeuille rigide ouvert au quart

Avec une règle graduée

Porteufeuille rigide avec règles graduées

Pour conclure, il n’était bien sur pas question de le relier.

D’ailleurs, la chèvre qui l’aurait permis n’est pas encore née.

Pour faire voyager mes reliures

3 Comments

  1. Quel maître du suspense (et non du suspens, je suis allée vérifier dans le Larousse) : j’ai lu l’article d’une traite afin de découvrir la chute. Je connaissais pourtant le livre mais sait-on jamais ? Une reliure en bois (cf. l’Acacia) aurait peu également être envisagée 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.