Papiers marbrés dix-huitième siècle

Papiers marbrés du dix-huitième siècle.

Pas de gâchis : je les ai récupérés en restaurant des livres du dix-huitième siècle.

D’abord dans cet article j’expliquerai où je les ai trouvés.

Puis je les décrirai.

Enfin j’en montrerai une première utilisation.

 I) – Papiers marbrés du dix-huitième siècle, l’origine

Il y a une dizaine d’années j’ai acheté « L’astronomie » de Lalande (article à suivre) en 3 tomes.

Ces livres étaient en piteux état : mors fendus, coiffes arrachées, de grands manques dans les plats et les cuirs etc etc.

Cependant l’essentiel est que ces livres étaient complets de toutes leurs pages et de toutes leurs gravures.

Voila ce que cela a donné après mes restaurations.

Astronomie de Lalande. Astronomie de Lalande.

L’état des feuilles de garde nécessitait leur remplacement.

Pour ce faire j’ai utilisé pour consolider ces ouvrages des imitations, faites main, modernes.

Copie moderne. Astronomie de Lalande.

Ainsi j’ai récupéré les anciennes gardes, soit une quinzaine de feuilles d’environ 20cm x 25.2 cm.

Les feuilles d’origine non déchirées mesuraient 40cm x 25.2cm.

Ces 3 livres ont étés imprimés en 1742, donc ces papiers datent du milieu du dix-huitième siècle.

 II) – Papiers marbrés du dix-huitième siècle, description

Papiers marbrés dix-huitième siècle,Le support est un papier vergé léger, environ 50g.

En voici 3!

Vergé à la cuve 18ième siècle. Vergé à la cuve 18ième siècle. Vergé à la cuve 18ième siècle.

Pour tout travail, je n’ai eu qu’à les épousseter et à les repasser.

Utilisation. Utilisation.

 III) – Première réutilisation

Je suis en train de relier « Le siècle de Louis XV » de Voltaire, en 2 tomes (article à venir).

Or ces 2 livres ont été imprimés autour de 1770.

Papier cuve 18ième siecle, première utilisatio.Comme pages de garde ces papiers s’imposent!

Utilisation. Utilisation.

En voici le résultat.

Utilisation.Parfait!

Comme disait Lavoisier au dix-huitième siècle : « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ».

10 Comments

  1. Faites les comptes : 4 feuilles par livre, multiplié par 3 livres, font 12 feuilles récupérées. Vous en montrez 17 !!
    Comment transformez-vous le « rien » en feuilles ? Qu’en penserait Lavoisier ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.