Traité de la figure d’André Lhote

Traité de la figure d’André Lhote.

D’abord, dans cet article je décrirai la reliure.

Puis je parlerai du livre et de l’auteur.

Enfin j’évoquerai l’exemplaire.

 I) – Traité de la figure, la reliure

En premier lieu on voit bien qu’il s’agit d’un demi-cuir (chèvre chagrin) à coins.

Plats et dos.Le dos est à 5 nerfs.

Les gardes couleurs sont constituées du même papier que celui utilisé pour les plats. Il s’agit d’un splendide papier cuve fait main, acheté à Venise chez Alberto Valese-Ebrû.

La tête est mouchetée et se termine par une tranchefile en cuir uni noir.

Traité de la figure, tête.                       Traité de la figure, tranchefile.

J’en possède un autre exemplaire :

Double exemplaire.  II) – Traité de la figure,le livre et l’auteur

   1) André Lhote in extenso (1885-1962)

Voici un portrait de Bernadette Louis peint par A.Lhote à Gordes en 1941 :

Portrait de B.LouisEn prime voici 2 des 3 fusains préparatoires à l’exécution de ce tableau :

Portrait de B.Louis            Portrait de B.Louis

Le troisième m’est malheureusement inaccessible pour cause de banale « haine ordinaire ».

Pour tout savoir sur lui cliquez ici.

– Avant tout peintre cubiste : 1ère exposition Salon d’automne Paris 1907.

– Puis, critique d’art : A la NRF, dès 1919 il traverse en stratège les batailles de la modernité et suit les avant-gardes dont il sera un initiateur majeur.

– En même temps professeur : en 1925 il ouvre son Académie au 18 rue d’Odessa à Paris. La « Sirène pédagogique » (René Huyghe) deviendra le mentor d’une pléiade d’artistes internationaux.

Atelier de Lhote.

– Enfin Théoricien de l’art : A côté du cubisme analytique synthétique, intégral, l’orphisme, le futurisme il propose « le totalisme ».

Ses « invariants plastiques » permettent d’analyser et de créer une œuvre.

   2) Traité de la Figure 1950 : Ébauche d’un « musée imaginaire »

On peut distinguer 2 parties dans cet ouvrage.

-Dans la première partie, André Lhote reprend l’essentiel de ses recherches et de son enseignement sur la figure humaine. Son agressivité et sa virulence ne ménagent pas leur cible notamment les peintres du dimanche.

-Dans la deuxième partie, André Lhote historien et critique d’art commente un choix personnel de 112 photographies dont 8 en couleur.

Le texte juxtaposé à l’image ouvre un dialogue avec le regardeur qui pénètre dans le « musée imaginaire » d’André Lhote.

   3) On ne nait pas Éditeur d’art on le devient.

Floury (1862-1961) a publié de nombreuse monographies d’artistes écrites par des critiques d’art reconnus.

Voir l’article qui lui est consacré sur wikipédia.

C’est lui qui publie en 1909 Une histoire de l’art antique d’Élie Faure.

edition flouryEt un ouvrage sur André Lhote :

André Lhote

C.P.

 III) – L’exemplaire

Comme il est imprimé sur La deuxième page de ce livre, cet exemplaire est unique, spécialement imprimé pour Monsieur Roger Louis, avec culs de lampe de la main d’André Lhote.

Exemplaire unique.Ensuite, je joins les photos des 4 culs de lampe de la main d’André Lhote, suivis de celles de leurs reproductions dans le livre :

Cul de lampe. Cul de lampe. Cul de lampe. Cul de lampe.

Cul de lampe. Cul de lampe. Cul de lampe. Cul de lampe.

En outre, l’exemplaire est truffé par l’enveloppe sur laquelle André Lhote donne ses instructions sur le travail à faire :

Envoi d'André Lhote.André Lhote un peintre cubiste trop méconnu!

 

4 Comments

  1. Votre papier vénitien est un de mes préférés ! Rouge avec un peu de doré, j’aime beaucoup. Vous avez du goût

  2. Le tableau et les fusains sont très très beaux. C’est un artiste qui mériterait effectivement d’être plus connu,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.