Encarts publicitaires 1926 (fin)

Encarts publicitaires 1926 (fin)

D’abord dans cet article je publie des encarts publicitaires pour des livres permettant d’apprendre un métier ou pour des revues scientifiques.

A cet époque on n’était pas obligé d’aller à l’école pour apprendre un métier. Il suffisait de savoir lire.

Ensuite des poèmes d’Alphonse Allais.

 I) – Encarts publicitaires 1926 (2), les encarts

 A) Bibliothèque des connaissances utiles

Cela va du « Manuel de l’épicier » à « l’Acheteur de chevaux« , en passant par « Les secrets de l’économie domestique » et « Les industries des abattoirs ».

Encarts publicitaires 1926 (fin)

 B) Bibliothèques Scientifiques Contemporaines

On y trouve entre autres :

« Facultés mentales chez les animaux« , « Sens chez les animaux inférieurs » et « Transformisme« .

Volume in-16 de 350 pages, illustrés de figures

Encarts publicitaires 1926 (fin)

 C) Encyclopédie Industrielle

Volumes in-18 de 400 à 500 pages illustrés parmi lesquels on trouve :

« Manipulation et mesures électriques industrielles« , « L’art de l’essayeur » et « Sophistication et analyse des virus ».

Encarts publicitaires 1926 (fin)

 D) Encyclopédie Technologique et Commerciale

Collection nouvelle en 24 volumes, in-16 de 100 pages avec figures.

Encarts publicitaires 1926 (fin)

 E) La science moderne

Encarts publicitaires 1926 (fin)

 F) Ouvrages recommandés aux techniciens et hommes d’affaire

Encarts publicitaires 1926 (fin)

II) – Encarts publicitaires 1926 (2), l’origine

Commis-Papetier

Tous ces encarts publicitaires proviennent du livre de A. Bourgeois : « Manuel du commis-papetier »

 III) – Poème d’Alphonse Allais

Savoir beaucoup de choses sur Alphonse Allais en cliquant ici!

Dans un article publié dans Candide, le 6 novembre 1930, Hugues Delorme cite un distique holorime inconnu et un sonnet de même composition qui serait la réponse d’Alphonse Allais au Sonnet holorime de Jean Goudezki; on peut donc le dater d’août 1892.

« Ayant déniché une gravure représentant un pochard affalé sur un pont et se défendant contre des chiens, il (Alphonse Allais) l’orna de cette légende :

 

Aidé, j’adhère au quai. Lâche et rond, je m’ébats;

et déjà des roquets lâchés rongent mes bas.

 

   .                                             Rimes riches

Le bœuf à la vache :

.                             D’où te vint

.                             L’air boulot?

.                             L’herbe ou l’eau?

.                             Doute vain.

 

.                              O Seigneur !

.                             Quelle panse !

.                             Quelle pense

.                             Au saigneur !

Réponse de la vache :

.                            J’ai– mi-saoule–

.                           Gémi sous le

.                           Faix nouveau.

 

.                          Aide ! Grâce !

.                          — Et de grasse

.                          Fais-nous veau !

 

 

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.