Le rouet d’ivoire d’Émile Moselly

Le rouet d’ivoire a été écrit par Émile Mossely en 1907. Il y raconte ses souvenirs d’enfance en Lorraine. En fait, le rouet en question est le vieux rouet de sa grand-mère en ivoire et en buis qui lui ravive la mémoire.

« Ô rouet du passé, dévide lentement le fil brillant de ma jeunesse! »

 I) La reliure de « Le rouet d’ivoire »

Plein cuir (chagrin) noir, dos lisse, grands caissons à l’or fin sur les plats dans les coins desquels on trouve un fleuron.

Reliure et étui Reliure dans son étui Le rouet d'ivoire : plein cuir noir.

Comme gardes blanches j’ai choisi du vergé pur chiffon 80g des papeteries Richard de Bas, parce que ce papier est le proche du Whatman que j’ai trouvé. (14.5€ la feuille chez Relma !)

Tête or sur témoins

La tête est dorée à l’or fin sur témoins. C’est à dire que le doreur sur tranche doit combler en premier, par des bandes de papier, les espaces laissés libres par les grandes marges.

De plus, il est à noter que la dorure a été faite par Monsieur Gallier.

Tranchefile chapiteau

La tranchefile chapiteau est faite main, bicolore noir-blanc. Si les points sont acceptables, en revanche les picots sont lamentables.

Pour en finir avec la reliure, ce dont je suis le plus content :

  • Les charnières en cuir.
  • Les gardes en soie argentée (moire).
  • Les listels rouges cernant la moire.

 II) L’ouvrage

Ce cahier de la Quinzaine, 72 pages, in-18 grand jésus, est le douzième de la cinquième série.

Édition originale, il s’agit d’un des 12 exemplaires sur Whatman suivi d’un tirage de 1600 exemplaires.

Il a, bien sûr, été composé et tiré par des ouvriers syndiqués.

Bon à tirer

Tout bien pesé le plus intéressant dans cet ouvrage est le destinataire :

Exemplaire de Charles Péguy

En effet, il s’agit de l’exemplaire du gérant, c’est à dire de Charles Péguy lui même.

 

 III L’auteur de « Le rouet d’ivoire »

Émile Mossely (1870-1918)

De son vrai nom Émile Chemin, il est né le 12 août 1870 à la Bibliothèque Nationale où son père travaillait en tant que concierge.

En conséquence, son avenir était tout tracé : il ne pouvait que devenir écrivain !

C’est un auteur régionaliste profondément ancré dans une Lorraine rurale.

Entre autres récompenses, il obtint le Goncourt en 1907.

Pour l’anecdote, il meurt brutalement dans le train Quimper-Paris à 48 ans.

Photo d'Emile Mossely

Pour faire voyager mes reliures

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.