Charles Péguy : Cinq prières …

Cinq prières dans la cathédrale de Chartres par Charles Péguy.

Cinq priéres, photo de Péguy

D’abord, je décrirai la reliure de ce livre, un plein-cuir gris taupe mosaïqué. Puis, je parlerai de l’ouvrage. Alors, C.P. en fera la genèse.

 I) – Cinq prières, la reliure

Premièrement, il s’agit d’un plein cuir gris taupe  avec un dos à cinq nerfs.

Cinq prières, les plats. Deuxièmement, les gardes sont en moire de soie gris clair, sur des charnières en cuir; celles des plats sont cernées d’un listel rouge.

.Cinq prières, gardes en soie moirée. Cinq prières, garde en moire de soie.

Troisièmement, la tranchefile est chapiteau bicolore gris-blanc en soie.

Cinq prières, tranchefile chapiteau bicolore en soie

Quatrièmement, la mosaïque rectangulaire au centre du plat représente la Cathédrale de Chartres telle qu’elle apparait au milieu des blés quand on fait le pèlerinage en été.

D’ailleurs Il s’agit de ma première mosaïque figurative conçue à partir d’un calque.

Cinq prières, mosaïque de la cathédrale de Chartres.

Aussi, pour le faire je me suis inspiré de la vignette de couverture du livre :

Cinq prières, détail de la couverture.

On peut penser que illustratrice s’est inspiré d’un tel paysage :

 

 II) – Cinq prières, le livre

« Cinq prières dans la Cathédrale de Chartres » par Charles Péguy avec des vignettes de Nathalie Parain a été publié à la NRF en novembre 1956.

Étant donné que je l’ai acheté 70€ à un libraire présent à la Biennale 2017 de La Reliure d’Art, je n’ai pas fait pas une affaire. En effet on le trouve à 3€ (port : 3.67€) sur des sites internet de libraires.

Voici quelques charmantes illustrations de Nathalie Parain :

Cinq prières, illustration Cinq prières, illustration. Cinq prières, illustration.Cinq prières, vignette de Nathalie Parain.

 III) – Cinq prières, la genèse

En 1912, Péguy neurasthénique traverse une mauvaise passe : mésentente conjugale, embarras pécuniaires liés aux Cahiers de la Quinzaine, échec au grand prix de Littérature de l’Académie Française, paratyphoïde de son fils et surtout l’impasse de sa passion grandissante envers Blanche Raphaël.

Mais Péguy est un marcheur, il décide de partir à pied, à Chartres le 14 juin 1912.

Lettre à son ami Joseph Lotte (1912) « …Mon vieux, je suis un homme nouveau. […]. J’ai fait un pèlerinage à Chartres, 144km en trois jours… »

Dès son retour il entreprend : « La Tapisserie de Notre Dame », recueil poétique d’inspiration mystique écrit en vers réguliers. Il sera publié dans le numéro du 11 mai 1913 des « Cahiers de la Quinzaine ».

« Les cinq prières dans la Cathédrale de Chartres » couronnent « La présentation de la Beauce à notre Dame de Chartres » que Péguy considère comme son plus beau texte.

Cet avis semble partagé par le fou de Proust qui signe dans son blog éponyme deux chroniques : Balade avec Péguy et Chartres, sa cathédrale et Péguy

C.P.

 

Pour faire voyager mes reliures

One Comment

  1. Très jolies illustrations de Nathalie Parain, on aimerait en voir plus en illustrations figuratives en cuir, prions pour que cela arrive.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.